Chronique : la confiance en soi #2

L’affirmation de soi découle d’un long apprentissage : à chaque interaction avec le monde extérieur, nous construisons et modifions nos schémas et nos croyances.

Nous faisons usage de comportements parfois adaptés, parfois inadaptés à la situation.
L’affirmation de soi se caractérise par notre habileté à identifier nos émotions, nos pensées et nos besoins en prenant conscience de nos propres droits et des droits d’autrui. Savoir s’affirmer revient à reconnaître ses forces et ses limites et à exprimer ses besoins dans la bienveillance.

Si vous pensez que vous êtes incompétent et que les expériences de la vie n’ont fait que renforcer vos ressentis négatifs, votre capacité à vous affirmer va s’en trouver altérée.
Avez-vous déjà été intrigué(e) par ce/cette collègue qui réussit à être bien vu par son entourage tout en disant régulièrement « non » de manière si naturelle? Il/elle ne se force jamais. Ce qui est encore plus dingue c’est que rares sont les personnes qui prennent mal ses refus. Cette personne est affirmée et assertive.

Voici quelques conseils pour lui ressembler :

1ère étape : L’ARRÊT SUR IMAGE

Faites une photo mentale et émotionnelle de la situation. Cela signifie de vous arrêter et de vous concentrer sur ce que vous ressentez à l’instant présent. Les émotions sont le moteur de nos actions et de nos fuites alors ressentez !
« J’ai peur de commettre une erreur, cela voudrait dire que je vais décevoir mon entourage et qu’on ne peut pas me faire confiance. »
Pour vous aider à faire le vide dans votre esprit, faites 5 respirations ventrales. Inspirez par le nez en poussant le nombril vers l’avant et expirez par la bouche de manière régulière et longue en rentrant votre nombril vers votre ventre.

2ème étape : IDENTIFIER EMOTIONS ET PREJUGES

Il s’agit d’identifier les émotions et de les dissocier des croyances limitatives.
« Je suis en colère contre moi lorsque j’ai trop de travail car je n’ai pas su dire non mais j’ai peur de décevoir et d’être perçu comme un raté si je refuse.»
La peur et la colère sont des conséquences de ces préjugés issus du conditionnement qui nous fait croire que si nous ne sommes pas « parfaits », nous ne sommes pas utiles.

3ème étape : IDENTIFIER LE PROBLEME ET EXPRIMER SES BESOINS

Identifier le problème permet de trouver plus facilement le chemin de sa résolution.
« Je suis débordé(e) car j’ai accepté de m’occuper des dossiers de mon collègue qui est en arrêt maladie. Je souhaiterai avoir plus de temps pour traiter la totalité des dossiers, il faut que j’en parle à mon manager. »

4ème étape : COMMUNIQUER

Vous avez trouvé le problème mais ne savez pas comment pas l’exprimer.
La méthode du JEEP peut vous aider :

J comme « JE », c’est un signe d’engagement
E comme EMOTIONS, les siennes et celles des autres
E comme EMPATHIE pour prendre en compte les besoins des autres
P comme PRECISER votre demande

(Méthode JEEP, tirée de Affirmez-vous !, Fréderic Fanget, Editions Odile Jacob 2000)

« Je souhaite vous exposer la situation dans laquelle je me trouve. Depuis que j’ai récupéré les dossiers de mon collègue, je me sens pris à la gorge, stressé et fatigué. J’ai peur de ne pas être en phase avec vos attentes, que mon travail perde en qualité. Je comprends que les dossiers doivent être traités mais actuellement je n’arrive pas à amortir cette surcharge de travail. Je vous propose de m’occuper des dossiers les plus urgents de mon collègue, c’est-à-dire 4 dossiers que j’ai identifiés. Qu’en pensez-vous ? »

Cette façon de communiquer aboutira : réponse positive ou négative, compromis ou encore autre proposition. Mais vous ne ressentirez plus cette colère liée à la frustration du non-dit, vous aurez réussi à l’évacuer de manière constructive.
De plus, vous vous apercevrez que s’affirmer par l’assertivité revient à créer un équilibre avec vos interlocuteurs, une relation d’égal à égal de laquelle vous ressortirez plus fort et plus confiant.

5ème étape : ENTRAINEZ-VOUS !

Vous avez tous les jours l’opportunité de tester cette méthode (au niveau professionnel comme personnel) alors entraînez-vous et n’oubliez pas que nous modifions nos schémas de pensée tout au long de notre vie, en fonction des expériences vécues. Vous ne pourrez en retirer que des grands bénéfices et construirez une plus grande confiance en vous.

By Ondine Pez